Chère Béa Johson, petite française installée à San Francisco, merci pour ta démarche qui a révolutionné ma vie! Déjà écolo convaincue, je n’avais jamais abordé aussi brillamment que toi, la vie zéro déchet. J’avais bien vu pourtant que nos campagnes débordaient de plastiques et de déchets divers, j’avais bien vu que nos rivières servaient de déchetteries à bon nombre de concitoyens, mais je n’y prêtais pas beaucoup d’attention.

 

Un continent de plastique évité par le zéro déchet? 

Puis, un beau jour l’alerte a été donné quand j’ai vu les premières images sur le continent de plastique. Comment avons pu nous jeter plus de 20 fois la surface de la France dans nos beaux océans? Comment a t-on pu laisser des milliards de particules de plastiques voguer dans nos mers? Comment ne pas être sensible à tous ces animaux qui meurent l’estomac plein de bouts de plastiques?

Est-ce le monde dans lequel nous voulons vivre, est-ce celui que nous voulons laisser à nos enfants? Pas moi!

Solutions zéro déchet

Alors j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et j’ai commencé à m’informer pour trouver des solutions.

Très vite, j’ai vu qu’il fallait axer mes actions sur deux niveaux: d’abord j’ai compris que je ne pourrai pas tout changer du jour au lendemain car le monde d’aujourd’hui n’est pas adapté au zéro déchet et qu’il fallait commencer par se fixer des directives générales ainsi que des actions plus ciblées.

Des directives générales

Parmi celles-ci, j’ai entrepris ceci:

  • consommer moins et plus utile (au passage faire des économies)
  • réparer ce qui peut l’être
  • consommer durable
  • recycler
  • trier

Consommer moins et utile, ça veut dire n’acheter que le nécessaire. Stop aux armoires bondées de vêtements, stop aux gadgets utilisés à usage rare, stop au superflu, lire les journaux sur internet plutôt que sur papier, acheter d’occasion sur le bon coin plutôt que du neuf et surtout, acheter très peu d’électro-ménager (le strict nécessaire pour le confort quotidien). On peut acheter vite des tonnes de gadgets en électro-ménager comme le fer à repasser machin, la cafetière machin, l’épilateur électrique, la machine à pain, la bouilloire électrique, la couverture chauffante, la sorbetière, etc… sans parler des appareils pour bricoler dont on se sert une fois tous les 10 ans à moins de retaper sa maison. J’ai fait la liste de tous les appareils dont je disposais qui se branchaient et j’ai réfléchi à comment m’en passer une fois qu’ils seraient fichus. C’est ainsi que je n’ai pas racheté de cafetière électrique et que je préfère faire chauffer l’eau au micro-ondes et la verser dans mon filtre permanent.

Réparer, c’est refaire le siège de la balancelle plutôt que de la jeter pour une autre (ben oui, elle coûte 50 euros donc je pourrai la changer chaque été, mais non!), enlever les tâches sur un tissu plutôt que de racheter un pull, rénover un meuble…

Consommer durable, c’est acheter un panier en osier pour les courses qui durera des années plutôt qu’un sac plastique qui sera utilisé 20 minutes. C’est acheter une robe solide et indémodable qui nous ira encore dans 5 ans. C’est prendre une cafetière italienne inusable plutôt que la dernière expresso dont l’obsolescence est de toutes les façons, programmée pour vous en faire racheter une. (bouh les vilains!) C’est acheter des piles rechargeables, c’est remplacer vos essuies-tout par des torchons et vos mouchoirs jetables par des mouchoirs tissu tout doux pour le nez qui coule de votre progéniture qui vous remerciera.

Recycler, c’est réutiliser une palette de bois comme table de jardin, c’est utiliser du papier recyclé pour les toilettes ou pour écrire. C’est aussi donner, revendre sur internet ou en vide-grenier.

Trier, c’est remplir sa poubelle jaune au lieu de faire le sale gosse réfractaire aux changements et c’est porter nos objets usés à la déchetterie.

Des actions plus ciblées

Ma priorité s’est ensuite portée sur mes déchets poubelles. Et j’ai voulu mettre l’accent sur:

  • la réduction des déchets plastiques (car il est non biodégradable)
  • la réduction du volume global de déchets.

Et là, je vous dis pas le casse-tête, mais ça en vaut sacrément la peine quand on repense aux animaux marins qui ingèrent nos plastiques ou nos arbres enguirlandés par les sacs accrochés à leurs branches.

J’ai commencé par m’attaquer à la maison en virant tous les plastiques (des accessoires de cuisine aux pinces à linge en passant par le seau et les corbeilles à linge). J’ai remplacé tout ça par de belles corbeilles en osier ou des spatules en bois pour la cuisine. La maison est ainsi beaucoup plus chaleureuse car les matières naturelles c’est quand même autre chose!

Ensuite, j’ai fait la chasse aux sacs plastiques:

  • sacs tissus toujours sur moi pour les courses ou les soldes,
  • achat de produits emballés de préférence sous carton que sous plastique
  • achats en vrac
  • sacs papiers privilégiés
  • je garde 3 sacs plastiques pour les fruits et légumes sur moi dont je décolle l’étiquette une fois à la maison pour les réutiliser.

Malgré ça, vous trouverez toujours votre papier toilette sous emballage plastique pour l’instant. Les choses doivent aussi venir des producteurs et des distributeurs. Mais soyez sûrs que s’ils sentent que les consommateurs privilégient le « no plastic in life », ils trouveront une solution pour répondre à leurs besoins et devancer leurs concurrents.

Voilà, j’espère vous avoir un peu sensibilisé à tout ça et soyez sûrs que j’ai réalisé d’énormes économies avec mon système allant jusqu’à 30% par an. Économies que vous pourrez utiliser pour vous offrir un concert ou vous faire masser une heure (là, je sens que vous commencez à aimer!).

 

ALLER + LOIN

Je viens de mettre en ligne mon programme « reconnexion à soi« , il se présente sous forme d’un mois d’exercice, d’un mois de conseil avec mon vécu pour exemple et une séance + un question clé que vous me posez par email.

reconnexion à soi

 

Pour en savoir plus, je vous invite à vous inscrire à la NEWSLETTER ci-dessous ou à me suivre sur Facebook.  Et n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférez !

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published.