Quand quelqu’un nous blesse très fort, nous n’avons qu’une envie dans un premier temps: exercer notre vengeance ! Nous sommes tellement en souffrance que la première réaction qui nous vient à l’esprit est de réagir pour blesser aussi fort celui qui nous a fait mal.

La vengeance comme loi du talion

C’est notre cerveau limbique, celui qui gère nos émotions qui bloque l’information à ce niveau. L’information ne passe plus dans le cortex, zone qui gère la raison. Résultat? Tu me blesses, je te blesse.

C’est ainsi que nous voyons dans la vie couramment :

  • un couple se déchirer pendant son divorce
  • des drames passionnels
  • une personne critiquée aller à son tour critiquer
  • des vengeances inter-fratries…

Chercher la blessure, vous comprendrez la vengeance!

Désamorcer la vengeance

Quand une personne veut vous embarquer dans une processus négatif, il faut commencer par comprendre pourquoi. Souvent, le seul fait de poser quelques questions pour saisir l’origine de la vengeance et de dire « je te comprends, cette personne t’a blessé » suffira à désamorcer la colère et apaiser les blessures. La personne fera le deuil de la situation pouvant enfin passer à autre chose.

C’est le rôle d’un proche, d’un ami, d’un éducateur (professeur, surveillant, animateur…), d’écouter, « d’entendre réellement » et d’apaiser.

Une personne bienveillante n’encourage pas la vengeance.

Quand les blessures sont vraiment profondes, seul un thérapeute professionnel pourra vous aider. Il est formé pour cela. Et il maîtrise les techniques nécessaires.

Le pardon, première alternative à la vengeance

Pardonner est l’étape ultime qui permet d’en finir avec la colère. Pardonner, c’est le contraire de la vengeance. C’est se libérer du poison que constitue la colère qui nous ronge.

La colère est dévastatrice :

  • Elle nous bloque dans une situation.
  • Elle nous empêche de nous réaliser.
  • Elle nous empêche de dormir.
  • Elle provoque en nous des maladies psychosomatiques.
  • Elle nous empêche de profiter de la vie.

Le pardon, c’est mettre fin à tout ça pour avancer. Pardonner, c’est se libérer d’une souffrance qui nous mine pour enfin profiter de la vie.

Pardonner, c’est ne plus donner de pouvoir à celui qui nous a blessé.

La revanche sur la vie

Une fois que nous avons géré et digéré notre colère puis pardonné, nous pouvons commencer à vivre. Nous avons retrouvé le pouvoir sur notre vie. Nous nous inscrivons à nouveau dans un processus de créativité.

C’est là que nous nous mettons à vivre et à mettre en place dans notre vie de belles choses qui nous épanouissent, nous grandissent, nous redonnent la joie perdue lors d’une épreuve.

Nous sommes à nouveau aligné et ouvert. Nous nous mettons à accomplir de grandes choses pour nous et pour les autres. Les blessures sont bien loin. Et un jour peut-être que nous croiserons celui ou celle qui nous a blessé mais qui n’a pas évolué, toujours coincé dans son processus négatif, et nous sourirons voyons où nous en sommes à notre tour.

Alors, vengeance ou revanche?

 

ALLER + LOIN

Je viens de mettre en ligne mon programme « reconnexion à soi« , il se présente sous forme d’un mois d’exercice, d’un mois de conseil avec mon vécu pour exemple et une séance + un question clé que vous me posez par email.

 

reconnexion à soi

 

Pour en savoir plus, je vous invite à vous inscrire à la NEWSLETTER ci-dessous ou à me suivre sur Facebook.  Et n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférez !

 

Cet article vous a plu? Abonnez-vous !

 

Pour aller + LOIN, vous pouvez lire en quoi l’inconscient joue sur l’idée de vengeance dans cet ouvrage de Gérard Bonnet

Leave a Reply

Your email address will not be published.