• Un grand besoin de vibrer!!!

Vous avez besoin de redonner du sens à votre vie, de vous épanouir dans votre profession, d‘être en accord avec vous-même et vos valeurs, vous souhaitez partir avec le sourire au travail. Vous ne voulez plus travailler la boule à l’estomac, jusqu’à épuisement, dans une mauvaise ambiance, dans un emploi qui ne vous plait pas, trop alimentaire et facteur de stress? Alors, aidé par les livres de développement personnel, un coach, un psy, un proche ou un ami, vous vous mettez à la recherche de ce que vous voulez faire vraiment. Au fond, vous l’avez toujours su ce qui vous correspondait et vous passionne intensément, mais vous l’avez enfoui au plus profond de votre mémoire et parfois de votre inconscient.

Vous vous êtes laissé embarquer par vos peurs (ne pas réussir, perdre une situation stable, sortir de votre zone de confort, peur du chômage et de la crise…), par la vie qui a présenté une opportunité et vous avez plongé puis vous vous êtes laissé embarquer par un crédit sur 25 ans, une vie de famille prenante, des enfants à assumer, vous avez peut-être suivi le désidérata de vos parents en réalisant leurs rêves ou en reprenant l’affaire familiale…. Bref, vous vous êtes éloigné de vous.

  • Le déclic salvateur:

Mais là, un évènement est survenu dans votre vie et vous avez décidé de changer!! Vous avez réalisé que la vie est courte et que ça ne peut plus continuer. Alors, vous vous êtes mis à rêver? Ben tant qu’à faire autant rêver. Alors après avoir ruminer sur votre situation, vous vous êtes souvenu que vous preniez un plaisir fou à jardiner, à cuisiner, à chanter, à organiser, à peindre, à jouer avec les enfants, à vous occuper d’animaux, à faire de la photo… et quand vous réalisez ce qui vous plait vraiment, ce qui fait que vous ne voyez plus le temps passer, que vous êtes connecté à votre moi le plus profond, vous sentez une excitation monter en vous, vous vous levez en super forme le matin et vous fourmillez d’idées….

C’est ensuite qu’après ce constat jubilatoire, reviennent vos mauvaises pensées: « Bon, ok cette passion me fait vibrer et d’autres personnes arrivent à en vivre. Ok, j’ai un peu d’expertise sur le sujet! Mais mais mais, comment je vais en vivre? Comment je vais annoncer ça à mes enfants et à ma femme? De quoi je vais vivre si je décide de me lancer? C’est vrai après tout, c’est la crise économique et les temps sont durs. Franchement, je suis un peu fou non? ». Et bien cessez d’avoir peur!! Stoppez vos angoisses. Vous avez la chance de vivre en France et vous allez voir qu’il existe une multitude de moyens légaux pour changer de voie professionnelle.

 

  • Testez votre projet:

Donc un beau jour, ça y est, c’est décidé, vous voulez tester le projet! D’abord, vous le testez en en parlant auprès d’un inconnu. Puis, vous demandez à un ami. Un ami lointain, pas trop impliqué émotionnellement. Pas un qui vous dira « mais t’es fou!! ». Non, non. Un ami « moyen ». Un pote quoi! Puis vous cherchez à faire valider votre idée par tous les biais possibles. Et un beau jour vous vous lancez: « Chérie, j’ai quelque chose à te dire…. ». Et là, en général, y a un moment de doute dans la réponse qui s’impose.

Mais il n’y a pas forcément de chéri. Parfois, vous devez en parler à vos parents. Parfois, vous êtes seuls et bien assez autonome pour ne pas avoir peur d’en parler aux proches. Mais c’est bien vous qu’il va falloir convaincre!!

En résumé, vous pouvez tester:

  1. auprès de vos proches et de vos amis
  2. auprès de professionnels déjà en activité en proposant de passer une journée ou une semaine avec eux (ex: demandez une EMT: évaluation en milieu de travail au pôle emploi)
  3. expérimenter votre idée dans une association
  4. faire un stage
  5. aller voir des conférences et discuter avec le conférencier
  6. participer à des ateliers et discuter avec l’intervenant et les participants
  7. lire les forums, vous documenter, poser des questions, lire la presse, regarder des vidéos

Et là, j’ai des astuces à vous donner. Si jamais vous en êtes là dans votre vie. A ce moment d’hésitation. Dites-vous qu’il y a des solutions dans notre beau pays pour aider les gens à se reconvertir. Et je vais vous présenter les principales.

 

1/ Vous êtes salarié.

Si vous êtes en CDI, vous avez probablement droit au CIF. Congé individuel de formation.

Le CIF vous permet de suivre une formation tout en continuant de toucher votre salaire sous certaines conditions à vérifier.

– Vous êtes en CDI mais vous ne répondez pas aux droits d’ouverture du CIF: vous pouvez utiliser d’autres moyens pour vous former.

  1. Passer par l’enseignement à distance: CNED (diplômes d’Etat), E-learning (à votre charge), MOOC (gratuit)
  2. Faire des stages, ateliers ou séminaires le Week-end ou pendant vos congés.
  3. Demander un temps partiel à votre employeur
  4. Utiliser vos droits au CPF : en 2015, vous aurez tous des droits grâce au Compte personnel de formation (remplace le DIF).
  5. Utiliser jusqu’en fin 2014, vos droits au DIF: droit individuel à la formation.
  6. Inscrivez-vous à la faculté la plus proche de chez vous.
  7. Demandez à votre employeur de passer un diplôme en alternance dans le domaine qui vous intéresse. Vous serez la moitié du temps en apprentissage et la moitié du temps en cours.
  8. Prenez des cours du soir.
  9. Créez votre auto-entreprise pour tester vos compétences en live et tester le marché
  10. Faites du portage salarial: vous pourrez alors cumuler un emploi salarié et une activité en freelance.
  11. Faite valider vos expériences par la VAE: validation des acquis de l’expérience.
  12. Prenez un congé pour création d’entreprise
  13. La reconversion interne: si vous travaillez dans un grand groupe et que vous voulez changer de métier seulement.
  14. Le contrat de professionnalisation
  15. Les aides départementales, régionales ou communales peuvent vous être attribuées.

– Vous n’êtes pas en CDI, vous pouvez donc vous inscrire au pole emploi, la mission locale ou à l’Apec. Et dans ce cas là, vous avez également droit à des formations et vous pouvez récupérer les droits de votre dernier poste. Renseignez-vous auprès de ces organismes. A noter que les droits acquis en situation d’emploi et non utilisés, vous pouvez les utiliser en période de chômage. Renseignez-vous au pôle emploi et insistez!!! car votre ancien employeur a cotisé pour vous et vos droits pendant des années.

 

2/ Quelques mesures pour les chômeurs:

  1. Le congé reclassement pour les licenciés économiques
  2. Utiliser la CRP: convention de reclassement personnalisée
  3. Le CSP: contrat de sécurisation professionnel
  4. l’AREF: allocation de retour à l’emploi formation
  5. Les aides à la création d’entreprise
  6. L’auto-entreprise permettant de cumuler indemnités assedic et chiffres d’affaire jusqu’à un certain plafond.
  7. Les contrats de professionnalisation sont accessibles aux demandeurs d’emplois.
  8. Les aides locales: Région, département, commune.
  9. Fond d’aide d’Urgence aux étudiants à ceux qui reprennent les études entre 28 et 35 ans: le FNAU.

 

– Pour les moins de 28 ans.

  1. Renseignez-vous à la mission locale de votre ville
  2. Vous pouvez depuis peu, cumuler un statut étudiant et créateur d’entreprise (c’est du tout frais donc à suivre!!)
  3. Bourses attribuées par le CROUS

 

 

Pour les autres, ceux qui ne sont ni en emploi, ni indemnisés par les assedics: soit vous pouvez vivre du RSA ou de l’ASS ponctuellement, soit vous devrez compter sur votre conjoint ou retourner chez vos proches pendant quelques temps. Renseignez-vous auprès du pôle emploi sur les aides à la création d’entreprise et les aides à la formation qui sont à peu près les même que pour les chômeurs indemnisés.

 

Vous avez aimé l’article? Abonnez-vous !

Laisser un commentaire