Vous aimez ruminer vos soucis? Si c’est le cas, vous faites sûrement fuir beaucoup de monde autour de vous

Ruminer, d’où ça vient ?

Certaines personnes ont tendance à se prendre pour d’éternelles victimes. Dans le triangle dramatique de Karpman, elles jouent les plaintives. Du coup, elles passent leur journée à ressasser tous leurs malheurs.

Résultat de recherche d'images pour "triangle de karpman"

Les causes sont nombreuses :

  • répétition du schéma parental ou éducationnel
  • modèle sociologique (c’est très français de manifester, se plaindre, râler)
  • de votre caractère
  • éducation qui ne vous pas permis de vous affirmer.

 

Ruminer, quelles conséquences ?

Râler à longueur d’année, toujours voir le négatif, ruminer tous ses malheurs et soucis parfois des réels, parfois des irréels ou bien exagérés, c’est pas sans conséquences :

  • les victimes perpétuelles appellent leurs sauveurs,
  • elles attirent les tous les persécuteurs qui traînent.  »Voilà, je suis née victime, venez me persécuter »!,
  • elles somatisent, angoissent, se rendent malades plus que les autres (faut que ça ressorte d’une façon ou d’une autre),
  • elles éloignent les gens positifs,
  • elles s’empêchent de vivre, de profiter du moment présent, de rire.

 

Ruminer, en sortir !

A un moment donné, il faut arrêter de croire que l’on attire plus de malheurs que les autres, que l’on a plus de soucis, qu’il n’y a que fatalité. Et même si les soucis sont réels et graves, on peut éviter de donner trop de prise aux événements ou aux personnes qui prennent plaisir à nous gâcher la vie.

Les solutions :

  • D’abord, la prise de conscience que ça n’arrange rien de rester dans la rumination.
  • Utiliser l’humour, le rire, la rigologie, déconner, s’éclater, voir les choses avec dérision, ça créé des endorphines!
  • Profiter du moment présent : quand vous êtes à un café en terrasse avec une super amie, vous parlez de vos soucis « un peu » et, et, et beaucoup de vos moments positifs, de vos projets, de vos bons moments, vous verrez ça change tout.
  • Se changer les idées : ne laissez pas les événements ou les personnes toxiques vous miner, vous en aurez toujours. Sortez, allez marcher, boire un thé dans un joli lieu, partez un week-end vous dépayser, mettez une musique positive qui élève vos vibrations.
  • Eviter les autres « ruminants » ou râleurs perpétuels.
  • Faire du sport ! Ça libère les endorphines.
  • Éteindre les infos à la radio ou à la télé. Ne lisez plus la Une du journal économique qui annonce la « énième » montée du chômage. Passez-vous plutôt un bon film comique.
  • Mettre de la couleur dans votre garde-robe, votre maison en achetant un pot de fleur ou un joli rideau.
  • Mener une vie saine : mangez vitaminé, arrêtez de fumer, stopper les excitants comme la caféine, couchez-vous tôt…

Mon truc préféré, c’est de me changer les idées en fixant mon esprit sur une chose qui me sort de mon contexte habituel ! Comme ce week-end où je suis partie 2 jours en Italie me marrer en famille. Essayez, vous verrez c’est flagrant. S’éloigner physiquement ne serait-ce que de 50 kms de son lieu d’habitation fait un bien fou. 

Je vous recommande également les exercices de Christine Lewicki pour arrêter de râler sur vos enfants et votre conjoint !

 

C’est pour que vous sortiez DÉFINITIVEMENT de ce type de relations que je mets cette CONFÉRENCE GRATUITE EN LIGNE pour stopper ce rôle de bouc-émissaire et pour que vous parveniez à prendre la place que vous méritez et que vous attiriez enfin des personnes bienveillantes dans votre vie. 

 

Pour en savoir plus sur ces projets et pour recevoir gratuitement des vidéos et des articles sur le sujet du burn-out, je vous invite à vous inscrire à la NEWSLETTER ci-dessous ou à me suivre sur Facebook.  Et n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférez !

 

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous !

Laisser un commentaire