A première vue, un échec est bien un événement que l’on vit mal puisqu’il nous conduit à l’opposé de notre objectif initial. Et pourtant…

D’abord un projet de vie…

D’abord, on avait un projet en tête, souvent un rêve de gosse qui nous tient à cœur. Parfois c’est une opportunité qui se présente comme la chance de notre vie (du moins on l’a pensé très fort) on ne l’a pas forcément prévu mais on ne peut pas la laisser filer.

L’appart de nos rêves? Le job de notre vie? Le grand amour?

Que l’objectif à atteindre ait été programmé ou qu’il soit fortuit, à un moment donné on s’est mis à y croire dur comme fer et on s’est jeté dans le projet qui allait changer notre vie corps et âme ! On s’est donné du mal pour accéder au Graal, celui qui allait nous rendre tant heureux. On a fait des concessions, on y a consacré du temps et de l’énergie.

Parfois on a déménagé, on a repris des études, on a fait un emprunt, on a sacrifié le temps passé avec nos enfants… On se voyait bien passer la bague au doigt de cette personne si rare à nos yeux. Ou bien on imaginait qu’on allait avoir ce poste pour lequel on semblait fait, qu’on pourrait ensuite acheter une jolie maison pour abriter sa famille. Et pourquoi pas le labrador ! On nous a tant bassiné avec les publicités des gens heureux souriants avec leurs dents blanches. Alors on s’est battu pour tout ça. On voulait tant rentrer dans le moule.

Mais la vie nous a joué un caprice…

Le job de nos rêves nous a filé sous les doigts. Notre grand amour s’est changé en crapaud. Le prêt pour la maison a été refusé. Le super gros client s’avérait être un escroc. Et bing ! Quelle vilaine la vie ! Mais pourquoi moaaaa? Pourquoi alors que tout devait marcher comme sur des roulettes, un grain de sable s’est glissé dans notre bonheur parfait?

Patatra, c’est la dégringolade du coup !

Nous nous plongeons dans un phase de frustration « mais pourquoi j’y ai tant cru et je n’ai pas obtenu ce que j’attendais tant?, je ne mérite pas ce sort injuste »! Nous passons par des phases de désillusions, de déceptions, de colère, de tristesse, de dégoût qui nous donnent un goût amer. Parfois, nous allons jusqu’à une petite maladie ou une bonne dépression pour marquer le coup. Tant d’espoir déçu, ça ne se guérit pas sans un pied de nez quand même !

Sortir de son statut de victime

A un moment donné, on finit bien par en avoir assez de notre petit confort de victime ! Se faire plaindre par les copains, aller régresser à 40 ans chez papa / maman, ou passer des heures chez le psy, ça va bien un temps. Là, on a envie de donner un coup de talon dans le fond de la piscine, histoire de ne pas se noyer complètement.

Et on se met à prendre du recul.  On a fait notre deuil de l’échec et on réfléchit. On se redécouvre un néocortex. Parce qu’on l’avait mis un peu sur mode limbique depuis quelques temps. On s’y était bien enlisé dans nos émotions, et surtout les plus négatives.

Et bien vous savez quoi? Tout ça était nécessaire et même salutaire. Parce que si la nature nous a doté d’un cerveau limbique et d’un appareillage lacrymal, c’est quand même pas pour rien ! Alors pas de quoi culpabiliser ou se lamenter sur cette période douloureuse. Par contre, s’y complaire Ad vitam æternam, là ça poserait problème.

L’échec est un message

Ben oui, si nous savons lire entre les lignes, l’échec nous apprend toujours quelque chose sur nous même :

  • nous nous sommes trompés en amour? nous avions des blessures à guérir
  • nous avons échoué dans ce job? nous n’étions pas fait pour celui-là. Peut-être même que c’est juste nos parents qui le voulaient pour nous
  • nous avons déménagé pour vivre dans une grande maison trop chère à payer? nous la vendons pour vivre plus simplement
  • nous n’avons pas pu avoir d’enfants? notre mission de vie était de rendre heureux des petits orphelins.

 Eh oui, en faisant un vrai travail sur soi, nous en apprenons sur nous même beaucoup et rien que ça, c’est une opportunité !

La vie n’est qu’un éternel recommencement

Parfois ça vaut le coup de s’accrocher. Parfois, il vaut mieux lâcher prise pour rebondir sur une autre mission de vie. Ainsi le basketteur Fabien Marsaud est devenu Grand Corps Malade après un accident. La jeune ballerine Nathalie Dessay est devenue une immense soprano.

Des regrets? sûrement. C’est humain. Mais combien de joie d’avoir vécu autre chose ! Combien d’épanouissement d’avoir rencontré le père de ses enfants après avoir perdu son amour d’enfance! Quel bonheur d’avoir lancé son entreprise florissante après une période de harcèlement au travail!

Parfois les échecs ne sont que des éléments de départ d’une nouvelle vie flamboyante, faite de rires et d »épanouissement profond. Alors saisissons nous de cette opportunité qu’est l’échec pour rebondir !

Vous avez aimé cet article ? abonnez-vous !

 

One thought on “L’échec est une opportunité!

  1. Pingback: L’échec est une opportunité...

Leave a Reply

Your email address will not be published.