Bon voilà, mon joli burn-out et mes emmerdements privés et professionnels de ces 4 dernières années m’ont amenée à prendre près de 14 kilos. Aieuuuuuuuuuu, ça fait mal. Bref, je suis passée doucement mais sûrement d’un 68 kilos à 82 kilos bien tapés. Du stade du surpoids mignon de la ronde pulpeuse qui s’assume, je suis arrivée au fameux IMC de l’obésité. Faible obésité certes mais obésité quand même! Un petit calcul d’IMC que l’on peut faire soi-même un peu partout sur le net, me l’a confirmé.

LE MORAL EN PREND UN COUP

Eh oui, un beau jour je me suis réveillée. Ça faisait  des mois que j’évitais les miroirs et que je savais que je ne rentrais plus dans mes vêtements. Mais je n’y prêtais  pas attention, trop concentrée sur mes problèmes à côté. Seulement, un jour où je suis partie à la montagne en famille skier, j’ai bien vu sur les photos que j’avais l’air d’une bonbonne par rapport à toutes les nenettes de la famille. J’ai essayé de skier et mon corps était encore fatigué, je n’avais plu de souffle et mes articulations étaient douloureuses. Bref, il fallait faire quelque chose! J’avais une estime de moi vis-à-vis de mon enveloppe corporelle assez faible alors qu’il y a peu, j’étais en forme, je faisais 5 à 8 heures de sport par semaine et que j’adorais ça.

Désormais, mes cuisses se touchaient, mes genoux avaient du mal à supporter mon nouveau poids et je n’arrivais plus à pratiquer les sports qui me plaisaient tant.

COMMENT J’EN ÉTAIS ARRIVÉE LA

D’abord, mon poids m’avait servi de carapace pour encaisser les coups durs de ces dernières années. Plus je grossissais, plus je me sentais (faussement) protégée. Quel leurre! En fait, je n’étais protégée de rien mais je me bousillais la santé.

Ensuite, manger me permettait d’évacuer mes angoisses, c’était mon refuge, ma drogue. Ceci dit au passage, il vaut mieux prendre 14 kilos que se réfugier dans la drogue ou le pinard!! Tant qu’à faire….

Enfin, manger me permettait de m’opposer inconscient à mon amoureux de l’époque avec qui je vivais une relation passionnelle mais destructrice fondée sur la dépendance affective. Et là, c’est assez subtil: plus il me voyait grossir, plus je me disais qu’il allait s’éloigner de moi de lui-même alors que je n’avais qu’une peur, c’était qu’il s’en aille. D’autre part, plus je grossissais et le voyais prendre ses airs dégoutés et plus c’était pour moi un moyen de dire « moi aussi, je ne suis pas comme tu veux puisque toi tu ne fais pas d’effort de ton côté pour t’engager vraiment envers moi » (j’expliquerai un jour cette histoire d’amour dans un autre article, ce sera plus clair).

Les régimes font grossir

En fait, pour se reconnecter à son corps, j’ai pris vite conscience que le chemin serait long. Très long. En effet, après m’être bien renseignée et après avoir testé moi-même des tonnes de régimes dans ma vie qui m’avait toujours ramenée vers 70 kgs, j’avais compris que les régimes faisaient grossir. Alors là, si vous lisez seulement une phrase de cet article, ne retenez que ça: LES REGIMES FONT GROSSIR!!!

Si vous doutez de ce que j’avance et que vous vous laissez encore avoir par les promesses mirobolantes sur les méthodes diverses et variées, voici comment j’en suis arrivée à cette conclusion: j’ai lu et regardé les explications données par un des rares médecins nutritionnistes qui dit la vérité: le Docteur Zermati. Il explique que quand notre corps a fabriqué de nouvelles cellules graisseuses, il ne peut plus les perdre. Juste les faire diminuer de volume.

J’ai également regardé au printemps le reportage ultra sérieux sur France 2 dont j’ai oublié le titre (la vérité sur les régimes? ou régimes.?) qui confirmait  qu’il fallait arrêter ces régimes qui nous affamaient, nous frustraient et qu’une fois terminé, nous faisaient reprendre plus de poids que celui perdu. Le phénomène yoyo est la conséquence directe de la pratique de régimes.

Alors que dire des autres méthodes ou moyens divers tous autant farfelus les uns que les autres, achetés en télé achat, répandus dans les magazines féminins ou vendus par des centaines de charlatans. Chaque fois, on se fait avoir par le AVANT/APRES, par les témoignages fantastiques, la chanteuse ou l’actrice qui dit que…, les promesses du bonheur absolu (comme si nos problèmes venaient de là!! ). Tous ces vendeurs de rêve détiennent la vérité et sont prêts à écraser les concurrents qui sont eux, « les charlatans »….

Le discours des professionnels est-il plus fiable?

Je n’ai jamais testé les diététiciennes alors je resterai prudente quand à leurs compétences et la véracité du discours qu’elles tiennent. Je m’en tiendrais aux médecins. J’en ai vu trois qui se prétendaient spécialistes (alors qu’il n’existe aucune spécialité légale). Le premier, axé sur le bio et les méthodes douces m’a parlé d’un régime farfelu en fonction du groupe sanguin. A fuir absolument. En gros, je devais me nourrir de poissons et je devais arrêter des tas d’aliments qui apportent les vitamines et éléments qui sont nécessaires pour ne pas faire de carence.

La seconde m’a tenu un discours correct basé sur le changement d’habitudes mais en plein burn-out, je n’avais pas la tête à écouter ses conseils.

Le troisième a voulu me vendre une méthode qui était hyper protéinée alors que je lui avais bien expliqué qu’il était hors de question que j’axe mon régime sur les protéines. Il a réussi à me faire acheter un livre écrit par un médecin canadien et il voulait me faire à tout prix adopter SA méthode sans écouter le moins du monde mes difficultés et mes besoins.

Son régime m’aurait fait manger des haricots verts cuits à l’eau midi et soir et m’aurait plongée dans un tel niveau de frustration que je n’aurais pas tenu trois jours. Eh oui, quand c’est pas bon, on ne tient pas. Quand on se force, on ne tient pas non plus. J’ai laissé tomber son « protocole » absurde, je suis un être humain, pas un patient à qui on administre les même conseils qu’au 1000 ème client de l’année. J’étais sûre de ne pas tenir ou au pire de me jeter affamée sur les aliments dont il m’aurait frustré.

J’ai eu une grosse période de colère contre lui qui ne tenait absolument pas compte de mon discours!! D’ailleurs, il m’avait fait passer un test qui coûtait 20 euros et il voulait me faire manger des sachets protéinés, il me parlait de témoignages dans son cabinet (je les avais lu, ils dataient de 2008 et il n’y en avait très peu). Bref, sa méthode était lucrative, il gagnait de l’argent sur les ventes de sachets (que j’ai refusé d’acheter), sur le test (20 euros les 10 minutes) et les ventes du livre. Sans parler de la consultation à 60 euros qu’il justifiait par le temps passé avec moi alors qu’il restait la moitié du temps pendu au téléphone. En somme, A FUIR!!!!

Pour en venir à certains médecins célèbres comme Dukan, ils peuvent tenir un discours dangereux pour nous vendre une méthode et d’ailleurs j’ai cru lire que ce dernier était en procédure pour être radié de l’ordre des médecins. Je vous recommande donc de bien vous renseigner.

QUELLES SOLUTIONS J’AI TROUVE

Après  réflexion, j’en suis venue à la conclusion 1/ qu’il fallait que je trouve ma solution toute seule en écoutant mon corps et en lâchant prise avec les régimes 2/que je devais faire un travail psychologique sur moi-même pour ne plus me cacher derrière ma carapace ou me réfugier dans la nourriture doudou.

Mâcher lentement jusqu’à satiété

Le discours du docteur Zermati m’avait séduite et je me suis mise à suivre ses conseils qui sont très simples à mettre en pratique. Il suffisait de:

  • mâcher plus lentement et déguster doucement les aliments pour en apprécier les saveurs. Plus on allait doucement, plus on se reconnectait à nos sensations gustatives et plus on parvenait à satiété.
  • Stopper de manger quand on était à satiété.

Dans cette méthode, on peut manger absolument tout ce que l’on veut: pizza, bonbon, chocolat, saucisson … tant que l’on arrête de manger à satiété. C’est précisément ce qui évite de prendre du poids et comme l’on parvient plus vite à satiété en mangeant doucement, on mange moins et l’on mincit. Simple comme bonjour!!  Ça m’a fait perdre 4 kilos à ce jour, en deux mois. Donc c’est du tout frais que je vous livre.

En pratique, si je suis invitée à manger lors d’un repas gastronomique, je ne vais pas respecter ma sensation de satiété le jour même et je vais donc manger plus et peser plus le lendemain. Mais naturellement et sans effort, le jour qui suit, mon corps ne me réclamera presque pas de nourriture et sur deux jours, mon poids sera retrouvé. Donc no lézard, je pouvais faire des extras et m’éclater au resto de temps en temps.

Arrêter de me protéger derrière mon poids

J’ai pas mal morflé ces dernières années comme j’ai déjà évoqué et mon poids a constitué une barrière entre moi et les autres. Une barrière psychologique anti-agression genre, « ne m’approchez pas! ». Ça ne fonctionne pas du tout hélas. Alors j’ai bien du me rendre à l’évidence. Il fallait arrêter de détruire mon corps par la prise de poids.

J’ai alors mis en place plusieurs stratégies. J’ai commencé par travailler le détachement vis à vis des autres et évènements agressifs en tout genre. La sophrologie et la méditation ont fait des miracles!! Je suis tombée sur un merveilleux thérapeute qui fait de la sophrologie de groupe à petit prix et qui discute avec nous ensuite. Ces méthodes créent des points d’ancrage dans notre inconscient et nous ne réagissons plus de la même façon par la suite. Pour moi ce fut miraculeux mais pour d’autres, peut être que le yoga, les arts martiaux, le stretching ou l’acupuncture conviendrait mieux. A chacun sa méthode!! Je vous invite à trouver la votre.

Ensuite, j’ai vu une vidéo où Lilou Macé interviewait JJ de Crevecoeur au Canada et son discours où il parlait de ne plus donner de pouvoir aux autres, mais au contraire de le reprendre. Ses paroles ont  été pour moi un déclic hautement salutaire. J’ai décidé de ne plus abandonner aux autres le moindre centimètre de pouvoir sur moi. Et de travailler sans relâche ce point essentiel. Je refuse désormais de tenir un discours de victime.

Reprendre le pouvoir, refuser d’être victime, c’est être dans la recherche de solutions. C’est désormais un des leitmotiv de ma vie.

Attention cependant, reprendre le pouvoir sur sa vie, ce n’est surtout pas affronter les autres ou les évènements de face avec agressivité. L’agressivité est une perte de pouvoir. Reprendre le pouvoir, c’est prendre du recul sur le discours d’une personne qui tente de nous blesser. Maintenant, je vois cette personne comme une victime d’elle-même qui doit beaucoup souffrir pour se comporter ainsi. Quand aux évènements, je les vis, je les accepte ensuite même s’ils sont douloureux, s’il le faut je pleure un bon coup et ensuite très rapidement, je me concentre sur la recherche de solutions. Si je n’en vois pas, je lâche prise. Et c’est là que le lâcher prise intervient dans ma perte de poids comme dans tous les domaines de ma vie. Le lâcher prise est d’abord intervenu dans ma vie amoureuse.

Lâchez prise!!!

J’ai commencé il y a 8 mois par lâcher prise sur mon occupation professionnelle. J’ai compris qu’il fallait éviter certaines personnes (une poignée heureusement!) capables de harcèlement et qu’il fallait être parfaitement détachée par rapport à d’autres qui avaient du pouvoir sur nous. Si on se détache, leur discours ne nous atteint plus. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent. S’ils vont trop loin, il y a des lois contre le harcèlement. On peut leur poser des limites légales.  Pour le reste, on les laisse parler. Ils pensent ou du moins tentent d’avoir un pouvoir sur nous mais il suffit de les regarder avec PITIE et de les plaindre. Eh oui, les personnes qui n’arrivent à s’affirmer sur les autres que par la manipulation ou le harcèlement sont vraiment à plaindre. Que leur vie est vide. Que leur âme est triste.

Ensuite, j’ai lâché prise côté relation amoureuse. J’avais compris que je vivais dans une relation qui me faisait souffrir et que l’autre ne changerait pas. Alors, j’ai attendu la bonne occasion qui me permettait définitivement d’ouvrir les yeux. J’ai un peu souffert au début et je me suis lancée dans des rdv au restaurant avec des hommes rencontrés sur internet. Ça ne pouvait pas marcher après une rupture!! Et il fallait que je me reconnecte avant de me sentir prête à nouveau pour repartir dans une autre relation. Mais je ne regrette pas, ça m’a permis de lâcher prise sur ma relation stérile. Par contre, je continuais de manger pour me protéger des hommes qui me risquaient de me faire souffrir. Et là, c’était pas top. Alors, j’ai lâché prise complètement, je me suis concentrée uniquement sur ma création d’entreprise et sur ce qui était bon et sain dans ma vie.

Enfin, j’ai lâché prise sur le pèse-personne. Avant, je me pesais tous les jours, si ce n’est pas 3 fois par jour. En réalité, certains jours nous reprenons facilement 700g, d’autres nous  en perdons 800. Alors peu importe la balance. Le tout, c’est de perdre sur le long terme. Doucement et à son rythme biologique. Le mien est de 2kilos par mois. Pas plus ni moins.

Voilà, j’espère que mon expérience vous aidera. Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux, laissez-moi des commentaires ou abonnez-vous à ma newsletter. Je serai ravie de vous lire.

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous !

Laisser un commentaire