Le terme de « stratégie »du grec stratos signifiant « armée » et agein signifiant « conduire » est emprunté au vocabulaire militaire qui traite donc tout simplement de l’art de la guerre, c’est-à-dire l’art de conduire une armée pour gagner une guerre.

Stratégie, un terme galvaudé

Partant du principe que pour gagner une guerre, il fallait mettre en place une conduite réfléchie, le terme stratégie s’est démocratisé. S’appliquant ainsi à toutes les sauces, passant d’un contexte militaire à un contexte civil: stratégie politique, stratégie d’entreprise, stratégie économique, stratégie marketing, j’en passe et des meilleures!

Bref, la guerre est partout, opposant deux parties qui s’entretuent à coup de mots autour d’un débat politique, de publicités pour gagner des parts de marchés ou d’OPA pour absorber ses adversaires.

Conflit, dualité, concurrence, combat, égo, adversité, lutte… sont les maîtres mots de la stratégie. On doit éliminer ou diminuer les forces de son adversaire et tous les coups sont permis (ou presque). Pourtant, notre monde quotidien est stable. La dernière guerre militaire sur le continent date de 1945.

Et puis tout s’effondre en 2008

Avec la grande crise économique des subprimes, viennent l’effondrement de la bourse puis des banques, la chute des entreprises et enfin des particuliers qui doivent financer cette catastrophe. Politiques de relance et de rigueur mettent à plat les espoirs que nous avaient enseignés la génération de nos parents.

Avant septembre 2008, nous vivions dans un environnement imparfait certes, mais notre monde était en paix! Notre voie était tracée: école, formation, travail, famille, retraite. Tout allait comme sur des roulettes pour peu que nous faisions quelques efforts d’adaptation. Alors à défaut de faire la guerre militaire, nous jouions à la guerre dans nos entreprises et dans notre vie sociale.

L’ère d’un nouveau paradigme

La crise de 2008 a bouleversé toutes nos certitudes et notre petit confort. Un million de chômeurs en plus et des effondrements d’entreprises qui ne peuvent plus jouer à la guerre. Nous devons nous adapter. Nous prenons conscience peu à peu que se faire la guerre est dépassé. La solidarité doit jouer. Désormais, nous ne nous opposons plus bêtement, nous collaborons, nous nous entraidons.

Cette nouvelle approche de la vie coïncide avec l’essor des réseaux sociaux qui sont fondés sur le partage. Internet favorise l’émergence d’un nouveau paradigme en accélérant les échanges d’informations. Le monde va mal, nous ne pouvons plus attendre que nos politiques se réveillent. Bruxelles et les grands organismes représentatifs du pouvoir sont sclérosés par leur lenteur décisionnelle et croulent sous la bureaucratie.

Le citoyen prend le pouvoir

Le citoyen s’organise. La jeunesse qui maîtrise les nouvelles technologies de l’information et des communications surnommées « TIC », devient créative. Elle n’a plus rien à perdre, tout à gagner. La consommation collaborative apparait. Elle s’applique aux services et aux produits. Nous réservons notre voiture en auto-partage, nous louons notre perceuse à un jeune couple. Les banques ne nous font plus confiance? Qu’à cela ne tienne! La jeunesse invente le crowdfunding. Le financement participatif modernise le concept de la vieille tontine.

Des jeunes aux séniors, le monde nous paraît absurde? Nous le changeons! Nous, génération Y et Z refusons désormais de vivre dans un monde déshumanisé, pressés comme des citrons et managés autoritairement par la génération des babyboomers. La spiritualité prend le pas sur la religion, la méditation remplace les trois cafés de la matinée. Nos concurrents ne sont plus nos ennemis, nous préférons nous unir, partager nos savoirs et co-worker. Nous refusons de céder face à la peur et nous entretuer, nous préférons nous organiser.

Nous avons compris que l’union, le partage et la solidarité font la force de nos actions et nous refusons d’adhérer aux valeurs de nos parents qui nous ont plongé dans le chaos de la crise.

Alors, Stratégie ou partage?

 

Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published.