Mes rêves?

Quand j’étais ado, on m’avait catégorisée dans les « non scientifiques » et plutôt littéraires parce que j’aimais lire, on m’avait mise dans la catégorie de celles qui n’iraient pas loin. Ma mère « pharmacien » m’avait conseillé de devenir secrétaire de direction alors que pour elle une secrétaire était une femme qui avait​ raté sa carrière et qui n’était pas bien futée. En réalité, elle me comparait à l’une de ses connaissances qu’elle enviait pour sa beauté qui avait été secrétaire avant de se marier. On ne pouvait être que secrétaire et belle ou scientifique et moche… C’était sa souffrance à elle qu’elle transférait sur moi. À quinze ans, j’étais jolie et je pesais 45 kgs de muscles.

Mon professeur de mathématiques affirmait que soit on était intelligent et scientifique, soit on était un sombre abruti. J’ai su plus tard qu’il pensait avoir ratée sa carrière car il aurait aimé être un grand scientifique…

Quand j’ai eu 19 ans, j’ai voulu passé mon permis très vite et on m’a dit « tu ne l’auras jamais du premier coup ». Je l’ai eu.

Quand j’ai passé mon bac, personne ne croyait que je l’aurai pourtant j’avais la moyenne générale. Mais je n’étais pas scientifique ! Je n’étais pas littéraire non plus, j’avais eu 10 et 12 au bac. J’ai eu mon bac du premier coup.

Quand j’ai voulu aller en fac, on m’a dit que je n’irai pas loin. J’ai voulu leur prouver le contraire. J’ai fait cinq ans de fac. J’ai eu trois mentions.

Quand j’ai passé le concours pour faire une cinquième année, personne n’y croyait. J’ai fait un prêt sur cinq ans pour me payer mon année. J’ai fini première à l’écrit, deuxième à l’oral.

Quand j’ai voulu être prof, on m’a dit « je ne te vois pas prof… Les profs c’est tous des…. ». Ça dérangeait mais j’ai été prof.

Je pourrais parler des heures comme cela.

J’ai été placée par beaucoup de monde dans le rôle du looser ! J’ai perdu des années d’estime de moi et de confiance en moi à les écouter.

Mais qui sont ces gens qui se permettent de te dévaloriser, de t’humilier, d’écraser tes rêves ?

Et surtout pourquoi le font ils ?

J’ai compris que ces personnes qui nous déglinguaient nos rêves étaient soit dans la loose dans un domaine où toi tu réussis, soit dans leurs peurs, soit dans leurs colères et d’autres états négatifs.

J’ai eu des échecs, j’ai eu des succès. Je suis toujours debout. Ce que je retiens de tout ça c’est qu’il faut écouter son intuition, ses rêves, ses envies et se distancer des personnes qui nous déglinguent.

On a le droit de tenter et de se planter mais on a aussi le droit de réussir.

Ne dites jamais à un enfant ni à personne qu’il n’y arrivera pas ! Dites lui qu’il doit poursuivre ses rêves en s’assurant un plan b un temps s’il le faut. Dites lui qu’il a aussi le droit d’échouer et que ce n’est pas grave. Le plus important est de lui permettre d’avoir confiance en lui et une bonne estime personnelle: ce sont les deux meilleurs outils pour réussir et être heureux.

Einstein a été refusé à polytechnique et Spielberg dans des studios de cinéma….

Et vous, quelles revanches sur la vie avez-vous prises ? 

 

ALLER + LOIN

 

Si vous souhaitez aller plus loin dans vos changements de vie au delà de vos peurs, je vous recommande de lire mon sujet sur la « Reconnexion aux autres » pour apprendre à en finir avec les relations toxiques et attirer les relations bienveillantes : 

 

Pour en savoir plus sur ces projets et pour recevoir gratuitement des vidéos et des articles sur le sujet du burn-out, je vous invite à vous inscrire à la NEWSLETTER ci-dessous ou à me suivre sur Facebook.  Et n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférez !

 

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous !