.

.

Pendant des années, j’ai essayé :

– d’être une bonne fille parce que les filles se doivent d’être calmes et réservées, 
– une compagne attentionnée car il faut être en couple, 
– une amie dévouée car l’amitié c’est l’altruisme, 
– une employée exemplaire car mon manager me disait qu’il fallait donner de soi, 
– une femme d’intérieur parfaite car une femme doit avoir une maison impeccable
– une mère parfaite….

Tout cela ne laissant pas d’espace à mon bien être, mes passions, mes désirs, mes envies…

et puis un jour, je me suis autorisée à me satisfaire moi !

Quand je me suis autorisée à ne plus être une bonne fifille, j’ai mis fin à des loyautés familiales post mortem…

Quand je me suis autorisée à ne plus être la femme dévouée qui fait tout pour servir et rendre l’autre heureux, j’ai posé mes limites et refusé ce qui ne me convenait plus pour avoir ce que je désire et j’ai viré mon ex…

Quand je me suis autorisée à ne plus être l’amie dévouée souvent abusée par les autres, j’ai attiré des relations bienveillantes…

Quand je me suis autorisée à ne plus subir le management agressif de mon manager, j’ai créé mon activité…

Quand je me suis autorisée à ne plus être la femme parfaite d’intérieur, j’ai profité de la vie et je me fiche désormais de ce que l’on pense de mon intérieur et j’ai sorti les maniaques de ma vie, les yakafonkon du plumeau…

Quand je me suis autorisée à ne plus être la mère parfaite mais celle qui se garde aussi, du temps pour soi, j’ai accru mon bien être et mes relations avec ma progéniture se sont merveilleusement développées et l’amour s’est renforcé…

Quand je me suis autorisée à ne plus me laisser approcher par les personnes pénibles, j’ai retrouvé le sommeil et perdu 13 kgs…

Quand je me suis autorisée à ne plus être dépendante d’un statut social, j’ai assumé mes envies de minimalisme, d’avoir une petite voiture qui n’en jette pas mais non polluante, j’ai revendu mes bijoux et tout l’or que je possédais car je n’avais pas besoin de parader avec, j’ai assumé mes valeurs écologiques, j’ai assumé de ne pas pouvoir les respecter tous les jours aussi bien que je le voudrais, j’ai assumé le fait de me retrouver seule plutôt que mal accompagnée,

Aujourd’hui, je m’autorise à partir voir un concert d’un groupe dont je raffole depuis des années, à partir à 5 heures de route de la maison pour voir un Musée dédié à l’artiste dont je raffole, à prendre soin de mon corps, de mon âme, à répondre à mes envies, à vendre les meubles de famille pour vivre dans ceux que j’ai choisi, à ne plus passer du temps dans les tâches ménagères que j’exècre en abandonnant le repassage ou les vitres par exemple, à me faire un resto même quand il n’y a rien à fêter, à déambuler dans les festivals dont je suis fan, à ne plus dépendre du regard des autres, surtout ceux dont je n’ai que faire…

Je ne remets plus mes envies au lendemain, je ne me remets plus au lendemain et je m’autorise à m’autoriser. 

Et vous, qu’est-ce que vous aimeriez vous autoriser?

 

ALLER + LOIN

Je viens de mettre en ligne mon programme « reconnexion à soi« , il se présente sous forme d’un mois d’exercice, d’un mois de conseil avec mon vécu pour exemple et une séance + un question clé que vous me posez par email.

 

reconnexion à soi

 

Pour en savoir plus, je vous invite à vous inscrire à la NEWSLETTER ci-dessous ou à me suivre sur Facebook.  Et n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférez !

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous ! 

Leave a Reply

Your email address will not be published.