Cercle vicieux ou cercle vertueux, nous avons le choix de décider de notre orientation de vie

Comment s’installe le cercle vicieux

Le cercle vicieux est le prolongement de la place qui nous a été attribuée dans l’enfance et de l’estime que l’on s’accorde à l’âge adulte par la suite. 

On se laisse vite entraîner dans un cercle vicieux où se mêlent mauvaise hygiène de vie, mauvaises relations, mauvais job, mauvaises situations mais il est possible d’en sortir en se reconnectant !

Moi-même, je suis tombée très bas dans un cercle vicieux à la mort de ma mère en rencontrant un homme violent psychologiquement, en fumant comme un pompier et en mangeant très mal (trop gras, trop sucré et industriel à outrance pour me dissimuler derrière mes kilos et un gros écran de fumée), en étant sans emploi, en ayant une estime personnelle très faible me considérant comme en dessous de tous les gens que je croisais.

Je ne faisais plus de sport, je passais mon temps à quémander un peu d’affection à tous les gens que je croisais, je me considérais comme incapable, victime perpétuelle. Je pensais que j’avais moins de chance que la moyenne des gens. Puis j’ai accepté pendant des années un métier mal payé car il m’apportait un bénéfice caché, celui de la liberté de mes horaires et de travailler sans être enfermée dans un bureau avec un responsable qui me donnerait des ordres toute la journée.

J’étais dans la fuite permanente. Mon inconscient indiquait aux gens  inconsciemment « profitez de moi, malmenez-moi, écrasez-moi je ne vaux rien ».

Le cercle vicieux s’installe souvent après une période douloureuse qui nous malmène et nous fait perdre confiance ou estime personnelle. Après le décès de ma mère, j’ai croisé des gens qui ont été d’une cruauté incroyable. Cela m’a sonnée complètement pendant des mois. Je pensais que je ne valais absolument plus rien que je ne méritais plus aucun respect. Dans un village les gens sont encore plus tournés vers les ragots et la méchanceté pure et simple mais certains proches ont été pire.

Il m’a fallu des années pour comprendre que ces personnes étaient purement toxiques et que j’avais une valeur contrairement à ce que l’on me faisait croire alors qu’eux ne méritaient pas le respect.

Il faut aussi savoir que j’ai vécu une période de deuils successifs avec la mort de mon père qui s’est suicidé quelques années après la mort de ma mère et que les deux morts sont liées car ils se sont battus pendant 15 ans dans un procès.

La valeur que l’on s’accorde est celle que l’on nous a attribuée au sein du cercle familial dans l’enfance. Bénédict Ann, coach et thérapeute en parle très bien dans son ouvrage sur l’auto-sabotage où elle décrit à merveille les mécanismes qui visent à vous maintenir dans votre statut de vilain petit canard et de souffre douleur.

La mauvaise nouvelle, c’est que si nous tentons de sortir de ce rôle de souffrance, on nous le fait payer. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut en sortir et que si on nous le fait payer, c’est justement le signe que les autres ont compris qu’ils n’ont plus de pouvoir sur nous.

Si vous êtes dans cet engrenage avec des insatisfactions amoureuses, relationnelles, professionnelles et une hygiène de vie qui en pâtit, si vous avez l’impression de vous noyer en permanence et de devoir vous maintenir la tête hors de l’eau, sachez qu’en prenant conscience à un moment donné de votre valeur, vous pourrez stopper tout ça. Nous allons voir comment.

Entrer peu à peu dans un cercle vertueux

J’ai pris conscience de ma valeur au fil des années en commençant à poser des limites aux autres et à moi-même. J’ai d’abord quitté rapidement mon compagnon violent (il m’avait craché sur le visage, insultée et repoussée violemment sur la poitrine pour me faire tomber sur le canapé un soir où il avait bu plus que de raison comme à son habitude) et j’ai porté plainte.

Par la suite, j’ai continué à croire que je ne valais rien et j’ai subi des situations de rejet répétées. Une personne qui jouait les sauveurs avec moi est passée subitement un beau jour à une attitude de persécutrice envers moi en m’insultant parce que ma douche fuyait et que j’avais demandé à son mari ex-plombier de regarder. (Cf aux ouvrages sur le triangle de Karpman pour comprendre comment une personne peut devenir persécutrice après avoir été sauveuse).

Ces relations sociales ou amicales ont perdurées pendant des années jusqu’à ce que j’apprenne à décoder les comportements humains grâce au développement personnel. J’ai retrouvé alors mon autonomie affective et refusé depuis de me laisser traiter avec irrespect.

Sur le plan professionnel, on me donnait des missions de travail au compte goutte avec un salaire moyen en dessous du seuil de pauvreté en France, ce qui était normal puisque je croyais que je ne valais rien. Etant donc en 1/3 temps, j’ai décidé de trouver un travail valorisant et je suis devenue « cadre » à côté. Evidemment, je n’aurai jamais dû en parler et des personnes du service où je travaillais me l’ont fait payer car elles étaient dans le besoin de rabaisser les personnes qui avaient mon statut (il y a eu beaucoup de plaintes de harcèlement auprès de la direction et des syndicats). Je sortais de leur champ de tir où elles nous maintenaient en jouant sur la peur que l’on avait de se retrouver sans emploi et sans argent. Mais c’était un pas de plus vers le cercle vertueux. 

Les « persécuteurs » ne supportent pas de perdre leurs boucs émissaires comme nous l’avons vu. Ils sont persuadés qu’écraser les autres leur donnent du pouvoir alors qu’en réalité, ils expriment dans leurs actes et leurs paroles le manque de confiance et d’estime personnelle profonds ainsi que leur malaise. Il n’y a pas de place pour ces personnes si vous voulez que votre vie s’inscrive dans un cercle vertueux. 

En tous cas, ce nouveau statut m’a permis de comprendre que j’avais une réelle valeur. Ma capacité d’adaptation et mes compétences bien reconnues dans ce second emploi m’ont reboostée et je n’ai plus accepté d’être traitée comme une moins que rien par des personnes irrespectueuses.

Sur le plan de l’hygiène de vie, j’ai commencé à tout modifier aussi après avoir commencé à relever la tête en sortant de ma vie des personnes toxiques et après avoir fait le deuil de mes parents. J’ai tour à tour changé d’alimentation, arrêté de fumer, repris le sport, changé mon look vestimentaire. Evidemment, je n’étais pas encore au bout de mes peines et j’ai fait un burn-out pour mettre fin définitivement à une nouvelle relation amoureuse toxique avec un infidèle chronique, quitter enfin le job du service public où le harcèlement était devenu un sacerdoce pour certaines personnes qui devaient nous chapeauter et tourner le dos enfin à des personnes auxquelles je m’accrochais pour de très mauvaises raisons.

C’est là que j’ai accéléré ma reconnexion en installant dans ma vie un cercle vertueux: une hygiène de vie saine (perte de 13 kgs, reprise du sport, faire attention à soi, se faire opérer de la myopie, se faire éclaircir le sourire…), une création d’entreprise pour avoir les rênes de ma vie professionnelle et créer mon métier sur mesure, une porte d’entrée avec test à l’appui pour m’assurer que les personnes qui entreraient dans ma vie personnelles seraient équilibrées un minimum et surtout dans la bienveillance envers moi. Bref, désormais, je ne subis plus ma vie, je la prends en main! On continue de me le faire payer mais je prends les personnes qui ont cette attitude en pitié. C’est le prix à payer pour avoir la paix et se sentir libre en entrant dans un système vertueux. 

J’ai créé une formation pour apprendre à vivre en passant des relations toxiques à des relations bienveillantes qui montrent toutes les étapes nécessaires par lesquelles passer pour entrer dans un système vertueux. Les mécanismes inconscients qui vous poussent à en arriver là dans votre vie sont mis à jour et des exercices « vertueux » très pratiques et simples à réaliser sur 84 jours sont proposés. Je vous expose mon expérience pour agrémenter les exercices d’exemples pratiques.

Cette formation sera bientôt en ligne, elle décrit précisément comment en finir avec les personnes qui vous font souffrir pour n’accepter plus que celles qui vous mettent en joie. Inscrivez-vous à ma newsletter pour recevoir les dates de démarrage de ma formation qui sera à 47 euros exceptionnellement pendant le premier mois !

 

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous et partagez-le !

 

Laisser un commentaire